GOURDAN POLIGNAN COMMINGES CYCLISME

GOURDAN POLIGNAN COMMINGES CYCLISME
Identifiez-vous
Pseudo :
Mot de Passe :
mot de passe oublié ?
Classement National Cyclo-Cross de Fourmies

Voir les Résultats : http://www.ufolep-cyclisme.org/RES_National_CC2015_Fourmies.pdf




Championnat de France de Cyclo-Cross UFOLEP

Le récit de ma course : 

Et pourtant tout avait bien mal commencé, une mauvaise communication entre mon président et le délégué départemental et j'apprenais le 31 décembre à 19h que mon inscription n'avait pas été prise en compte et que celle-ci était close depuis la veille, par chance et grâce à la mansuétude de Daniel MANUEL, tout s'arrangeait en 3 coups de fils pendant le réveillon. J'avais tout planifié depuis plus d'un mois, mais mon beau-frère m'apprenait 8 jours avant le départ son impossibilité a monter avec moi en camping car, la aussi 3 coups de fils et tout rentre dans l'ordre. Deux belles frayeur quand même et un signe du destin.

Parti le mercredi, arrivé le jeudi soir. Vendredi repérage du circuit à pied avec Céline puis à vélo sur le mulet l'après-midi. C'est très glissant et boueux, il a énormément plu c'est derniers jours. Mes sensations sont tout de même bonnes, je me sens bien. La nuit suivante a été très  courte, en effet je n'ai pour seul objectif de donner le meilleur de moi même, mais pour ça avec un dossard 31 je pars en 4ème lignes, il faut donc faire un gros départ et ça ce n'est pas mon fort.

La course : Appel 9h

Debout 6h, déjeuné très léger puis départ sur place, il y a un brouillard digne des nôtres sur Saint-Gaudens, mais il fait froid en plus. Je décide de ne pas aller sur le circuit, trop boueux je risque d'abîmer le matériels, je commence donc par 1/2 heures d'home trainer, j'ai du mal à mettre en route il fait nuit, je finis par quelques fractions sur la route puis me présente à l'appel.

Je suis très concentré, je dois réussir mon départ, on m'appelle, le commissaire me dit avec l'accent du Nord que les chaussettes hautes sont interdite, je comprends chaussettes roooose!!!! je lui souris, il me sourit, j'y vais. Avec le froid, je trouve l'attente sur la ligne interminable. 70 au départ.

Enfin on nous libère, et là c'est la cata, le coureur devant moi n'arrive pas à enclencher, je suis bloqué ça passe de partout. Au premier virage, je suis dans les 15 derniers, mais contrairement à d'habitude je suis de suite dans la course, je suis obligé de pas prendre les bonnes trajectoires mais je vais vite et au bout d'un tour, je dois être dans le 20.
 A partir de là je suis euphorique, quand les autres s'enfoncent dans la boue moi je la caresse, je gagne des places même si ça devient plus dur. Revenu en 12ème positions au 3ème tours, je suis entouré de coureurs du Nord, surement le moment le plus important, ça cri de partout il y a un monde fou avec des cloches, des sifflets et je ne sais quoi d'autres, ils ont compris que je reviens fort, j'entends des "accroches toi à lui", "ne  lâche rien" et bien d'autres choses c'est énorme. Mais au travers, il y a Céline et le Team de Tostat, je me concentre sur eux, "allez Gilles", "tu fais un truc",  "t'es 12", "t'es 10" j'ai le souffle à fond, je me dis qu'ils vont prendre mon sillage, mais personne n'y arrive. Arrive la dernière partie de course, je suis 9 et déjà très content, 2 coureurs devant moi change de vélos (très lourd avec la boue), je passe devant monte dans le bois en donnant tout, en haut je relance encore plus fort que d'habitude, à la sortie du bois, je suis en état de grâce, le public cris, me touche presque "tu es 6", il a compris le retour que je fais, il m'encourage, "dernier tour j'ai Alain en point de mire, je sais qu'il ménage sa monture, je voudrais faire pareil, mais un coureur reviens fort, il tente de me passer dans un endroit boueux, je lui ferme la porte, il pose pied à terre  et perd 10m, je trouve les ressources dans remettre, c'est fini il ne reviendra pas et moi je suis sur les talons d'Alain (si si Alain ). Trop content d'être là.
Passé la ligne, je me couche sur le vélo, je me rends compte que mon souffle est très court, Céline arrive, nos regards se croisent, sa larme à l'oeil me fait comprendre l'investissement qu'elle a mis dans ce défi, nous sommes tous les deux entouré mais seul au monde.
Il me faudra plusieurs minutes pour récupérer.

Un grand merci au staff d'Alain, il m'a soutenu malgré la présence de leurs favori devant moi, ça m'a fait beaucoup de bien, merci aussi à tous mes proches pour les messages de soutiens. Et surtout, à celle sans qui je n'aurais pas réalisé cette course de rêve, elle m'a supporté, aidé, encouragé, photographié, Céline cette 6ème place c'est aussi la tienne.
On essayera de faire mieux